5 artistes du Street Art les plus influents au monde

Les artistes du Sreet Art ont fait leurs débuts à Brooklyn et dans le Bronx dans les années 1970. Lorsqu’ils ont commencé à griffonner leurs signatures sur les bâtiments, les métros et les voitures avec de la peinture en aérosol et des marqueurs.

Le Street Art est un des mouvement d’art contemporain les plus détournés en matière de design, de peinture murale intérieure et de décoration. Le Street Art est devenu un phénomène mondial, obtenant une exposition muséale et des commandites d’entreprises. Mais son acceptation du grand public n’a pas diminué son énergie visuelle, ni ne l’a séparée de ses origines en tant qu’activité hors-la-loi.

Le street art a également gagné en complexité et en sophistication au fil des décennies. Allant au-delà du simple marquage d’un lieu avec un nom vers des thèmes politiques et des commentaires culturels.

Top 5 des artistes de rue à connaître

Pour voir comment la forme a évolué au fil du temps, découvrez notre liste des meilleurs artistes de rue de tous les temps.

1. Banksy

Artistes Street Art

On ne peut évidemment pas aborder le sujet du street art sans parler de Banksy. Mêlant politique, humour et poésie à travers des pochoirs d’enfants, de soldats et même de singes, les peintures murales de Banksy sont devenues une référence incontournable pour tout artiste de rue. Grâce à des images provocantes, l’énigmatique Banksy crée des œuvres d’art très engageantes.

2. Vhils

Alexandro Farto, A.K.A Vhils, est un artiste de rue portugais né en 1987. La notoriété de Vhils a explosé lorsque Banksy l’a invité au London Cans Festival en 2008. L’artiste voyage à travers le monde, créant ses fresques monumentales et révolutionnant les œuvres au pochoir. Il aborde le graffiti avec une variété de supports et de matériaux, y compris des ciseaux ou même des marteaux-piqueurs.

3. Kobra

Artiste Kobra

Eduardo Kobra est un artiste brésilien, qui a commencé sa carrière en 1987.
Kobra transforme les paysages urbains en fresques multicolores, qui portent souvent des messages politiques mettant en garde contre les effets du réchauffement climatique et de la déforestation. Les œuvres kaléidoscopiques de Kobra lui ont valu un classement estimé dans le monde du street art.

4. David Choe

Artistes David Choe

C’est un artiste de rue américain et un passionné de graffitis. Au début des années 2000, Sean Parker, fondateur de Napster, a chargé Choe de décorer le siège social de Facebook dans la Silicon Valley. En récompense de ses peintures murales, Parker a offert à Choe de l’argent ou des actions de l’entreprise, et malgré son manque de confiance dans la start-up, il a choisi les actions de l’entreprise. À l’instar des œuvres d’art de Choe, Facebook est devenu astronomiquement célèbre et les options d’achat d’actions de Choe valent désormais plus de 200 millions de dollars.

5. JR

Oeuvre JR

Débutant comme adolescent tagueur à Paris il y a 20 ans, l’artiste français pseudonyme JR a connu une renommée mondiale. Notamment, en remportant le prix TED en 2011 et apparaissant sur 60 Minutes dans le New York Times. Sa marque d’art de rue socialement conscient consiste à publier des images photographiques de taille murale sur les murs. Parfois avec permission, parfois sans. Ses efforts les plus notables comprennent la mise en place de  son oeuvre éphémère au musée du Louvre. Ainsi que l’impression d’autoportraits de milliers de personnes du monde entier à publier dans leurs communautés locales.

«La rue est la plus grande galerie d’art du monde».

L’artiste a gagné une reconnaissance mondiale pour ses œuvres en noir et blanc, les exposant souvent dans les favelas et les bidonvilles. Dans le but de représenter les personnes sous-représentées, JR a même créé un film dédié aux femmes, intitulé «Les femmes sont des héros».

Des fresques urbaines humoristiques, captivantes, dérangeantes et fortement engagées ornent les murs des villes du monde entier. Cependant, avec la présence croissante des œuvres du Street art dans les galeries, beaucoup pensent que le Street art se «domestique» et perd son identité urbaine.

(17)